Trinidad & Tobago : Guérison Sexuelle en Plein Carnaval

blog1

L’idée de rituel et d’expression de soi fascine la sexologue Onika Henry, qui observe les façons dont les femmes peuvent exprimer et explorer leur sexualité à travers des personnages traditionnels de mascarade de carnaval. En tant que consultante en sexualité agréée et professionnelle des arts du théâtre, le Carnaval était l’intersection naturelle de ses deux domaines d’expertise. Elle a étudié, observé et même fait un  TED-Talk sur la récupération de l’identité sexuelle à travers le carnaval.

Onika a commencé à explorer le carnaval comme une forme de guérison quand elle a entendu parler d’une femme utilisant le personnage de Jab Molassie, également connu sous le nom de mélasse ou goudron, comme un canal pour exprimer la gamme des émotions qu’elle ressentait après avoir été victime de violences sexuelles ; c’est un sujet qu’Onika continue d’explorer.

Jab Molassies, l’un des personnages du Carnaval les plus intimidants avec son trident aigu et ses mouvements énergiques, lui a permis « un espace », comme le dit Onika, « de libérer le traumatisme de son corps, mais aussi de bouger son corps comme elle le voulait. »

Selon Onika, cette forme de guérison ne se limite pas à des personnages spécifiques: « Les humains et le sexe sont très complexes, donc tout le monde peut trouver la guérison grâce à un personnage qui leur parle. » Par exemple, le personnage populaire de Midnight Robber pourrait offrir aux gens un espace sûr pour examiner le côté plus masculin d’eux-mêmes.

À l’autre extrémité du spectre se trouve Dame Lorraine. Destiné à l’origine à se moquer des femmes des propriétaires de plantations, le costume exagère visuellement le concept physique de la féminité en mettant l’accent sur les seins énormes et les fesses amples. Selon Onika, ce personnage peut également être utilisé de diverses manières, y compris l’exploration des rôles de genre. Fait intéressant, les hommes jouent souvent aux Dames Lorraine, ce qui leur donne l’occasion de découvrir non seulement comment les femmes voient le monde – mais aussi comment le monde les voit.

Parce que les personnages du carnaval sont souvent masqués, avec des visages couverts de peinture, de boue ou en costume, les mascarades sont pleinement capables d’incarner les personnages qu’ils choisissent, tout en conservant leur anonymat. Dans les sociétés des Caraïbes, la sexualité féminine est généralement un sujet qui est discuté en privé – ironique, étant donné que pendant le carnaval, la plupart des mascarades son fiers de montrer leur corps. Dans le même temps, cependant, la sexualité est un sujet complexe, personnel et largement lié aux conventions sociales.

À Trinité-et-Tobago, le manque de programmes d’éducation sexuelle dans les écoles contribue probablement à des malentendus sur le corps et l’attitude à l’égard du sexe dans son ensemble. La religion entre également en ligne de compte, car de nombreux organismes religieux du pays préconisent une approche fondée uniquement sur l’abstinence. Onika, cependant, est convaincue que le Carnaval peut aider le pays à développer une relation saine avec la sexualité et la sensualité. Comme le carnaval, cela implique de remonter aux racines du pays.

blog1
copyright5