Jeune Fille Nommée ONU Femmes Fête son Dixième Anniversaire

ONU Femmes/Patterson Siema

ONU Femmes fête son dixième anniversaire. Depuis 2010, l’agence onusienne s’efforce de promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes et de protéger leurs droits dans le monde.

En juillet 2010, l’Assemblée générale des Nations Unies a créé ONU Femmes afin de promouvoir l’égalité des sexes partout dans le monde. L’agence est née de la fusion de quatre entités du système des Nations Unies, à savoir la Division de la promotion de la femme (DAW), l’Institut international de recherche et de formation pour la promotion de la femme (INSTRAW), le Bureau de la Conseillère spéciale pour la parité des sexes et la promotion de la femme (OSAGI), et le Fonds de développement des Nations Unies pour la femme (UNIFEM).
Porte-drapeau mondial des femmes et des filles, ONU Femmes se focalise sur les domaines prioritaires qui sont fondamentaux pour l’égalité des femmes, et qui permettent de faire des progrès à tous les niveaux.
ONU femmes intervient à l’échelle mondiale pour faire de l’ambition des Objectifs de développement durable une réalité pour les femmes et les filles et soutient la participation équitable des femmes à tous les aspects de la vie, en mettant l’accent sur cinq domaines prioritaires :
• Renforcer le leadership des femmes et leur participation ;
• Mettre fin à la violence à l’égard des femmes ;
• Intégrer les femmes dans tous les aspects des processus de paix et de sécurité ;
• Renforcer l’autonomisation économique des femmes ;
• Placer l’égalité des sexes au cœur des processus de planification et de budgétisation au niveau national

source

Les Savants Noirs Savamment Ignorés : un Devoir de Résurrection

Les Noirs ont apporté une variété d’innovations dans le progrès technologique et scientifique de l’humanité. Que ce soient les premiers processus de nettoyage à sec ou les procédures chrirugicales en ophtalmologie. Depuis des siècles, des Noirs ont contribué à changer notre mode de vie, grâce à leur ingéniosité et leur créativité. Et pourtant, la plupart de ces pionniers de la technologie et de la science sont savamment ignorés. On les ignore parce qu’il ne sied pas qu’un Noir sache, à l’instar du déni de l’identité noire de l’Egypte ancienne.

Pour un Noir épris de justice, qu’il soit d’Afrique même ou de la diaspora, refuser cet enterrement sournois est un impératif. C’est pourquoi, avec son projet « Nos fameuses têtes penseuses », Tania Armant, Creilloise de 30 ans, veut remettre en lumière les noms des inventeurs noirs oubliés par l’Histoire. Son idée a porté sur une collection de tee-shirts de dix personnalités qui ont développé des objets toujours utilisés aujourd’hui quotidiennement.

Les visages de Garret Morgan, inventeur du feu tricolore, de Percy Lavon Julian, qui développa la mousse que l’on trouve dans les extincteurs, ou encore de John Stenard, qui créa le réfrigérateur, seront imprimés sur les tee-shirts de Tania. Leurs trouvailles seront précisées. Des personnalités souvent reléguées au second plan au profit d’hommes blancs. A l’image de Lewis H. Latimer, qui travaillait avec Thomas Edison sur l’ampoule électrique et dont le nom n’est jamais cité.

Le projet a germé il y a deux ans, d’abord sous la forme d’un livre jeunesse. « Ma fille s’étonnait de ces personnalités dont elle n’avait jamais entendu parler », dit la jeune femme, assistante administrative. Trop chronophage, cette première idée est finalement abandonnée au profit  des tee-shirts. « Il me fallait un support qui plaise aux générations actuelles et futures », justifie Tania Armant.

Blog1
Tania Armant,

Tania finalise actuellement son produit, qui devrait être mis sur le marché d’ici la rentrée pour une vingtaine d’euros. « Une toute petite pierre apportée à l’édifice » Si le projet est plus ancien, il prend une résonance particulière avec l’actualité et le mouvement « Black lives matter ».

« Ce n’est qu’une toute petite pierre apportée à l’édifice mais si elle peut permettre de prendre conscience de certaines choses, c’est déjà ça. » Avec ses tee-shirts, Tania Armant veut, à sa manière, inscrire ces personnalités dans la vie courante. « Cela rejoint quelque part ce qu’il se passe à travers les mouvements d’égalité des droits. C’est incroyable de se dire qu’en 2020 nous devons toujours nous battre pour cela. »

 Contact : tania_armant@hotmail.fr

Nicoletta Lokoci

Flash sur une Falasha : Nomination de la Première Ministre Noire en Israël

Israël vient de nommer sa première ministre noire issue de la communauté falasha, ou Juifs d’Éthiopie. Malgré ce geste encourageant, [ et médiatiquement opportuniste ]cette communauté reste en butte à la discrimination et au racisme.

L’ascencion fulgurante de Pnina Tamano-Shata

Le parcours de Pnina Tamano-Shata, nommée Ministre de l’Immigration et de l’Intégration le 1er mai 2020 est remarquable: née en Éthiopie dans la communauté falasha, elle passe ses premières années dans un camp de réfugiés au Soudan.

A l’âge de trois ans, elle est rapatriée en Israël ainsi que 7,000 autres membres de cette communauté dans le cadre d’une opération de transfert clandestine organisée par Tel-Aviv avec l’appui de Washington entre le 20 novembre 1984 et le 6 janvier 1985, plus connue sous le nom d’Opération Moïse.

Une fois installée en Israël, elle s’intègre à la société, fait des études de droit et travaille comme journaliste ainsi qu’avocate. Elle s’engage aussi dans la société civile, devenant vice-présidente de l’Association nationale des étudiants éthiopiens en 2004, et membre du comité exécutif de Transparency International de 2015 à 2018.

Elle entame  une carrière politique, en se faisant élire à la Knesset, le Parlement israélien où elle siège de 2013 à 2015 en tant que représentante du parti laïc Yesh Atid.

Son engagement social et politique lui vaut d’être reconnue en Israël ainsi qu’à l’étranger. Ainsi, en 2016 elle est lauréate du prix UNSUNG AWARD 2016 décerné par le Drum Major Institute, une organisation non-gouvernementale américaine qui lutte pour les droits de l’homme et l’égalité des races.

lire la suite

Barakatou : Quand les Pouvoirs Publics Jettent le Masque

Cette longue queue devant la maison Barakatou qui distribuait des masques gratuitement dans la Rue Stephenson à Paris 18ème sera dispersée par la police, pour cause de non respect présumé des distances sanitaires…

Tout avait bien commencé avec l’initiative des gérants de la maison Barakatou de distribution gratuite des masques aux citoyens. Pour inaugurer l’opération, à tout seigneur tout honneur, les initiateurs, Pathé Ndiaye et Musa Faty avaient eu la bonne idée de distribuer 400 masques aux policiers, pompiers et ambulanciers. Et puis, le lundi 27 avril, c’était le jour J de démarrage de l’opération prévue pour durer jusqu’au au 11 mai ; de 17 heures à 18 h 30 au 37, rue Stephenson 75018, où se trouvait la Maison Barakatou.
Pour les retardataires qui ne réussiront pas à obtenir l’un des masques offerts, Barakatou avait prévu d’en confectionner gratuitement, à partir du tissu qu’amèneront les clients.

Dans cet esprit de solidarité africain, tout avait bien commencé. Dans la rue, ce lundi 27 avril, le besoin de masque sautait aux yeux, les gens formaient une longue queue, et malgré l’impatience tout le monde avait à cœur de respecter la distance de sécurité sanitaire…
Mais c’était compter sans le débarquement impromptu des forces de police qui, sans autre forme de procès, ont fait fermer boutique et interdit la distribution en cours. Motif : non respect des distances sanitaires…

Et quoi encore ! Ah, cette mortelle distance de sécurité ! Pour tuer son chien on l’accuse bien de rage… Les pouvoirs publics jettent le masque de leur incurie et se cachent derrière leur petit doigt. Pourquoi en ces temps difficiles, l’humanité, la solidarité dérange tant ? La pandémie Covid-19, comme le pensent certains ouvrirait-elle l’ère où la solidarité deviendrait un crime ?

Lékansi Ninishola 

Fafadi : Petit Geste, Grand Coeur au Temps du Confinement

Dans notre société traversée de multiples crises, où l’avoir l’emporte sur l’être, il est tentant de se replier sur soi et ses proches. Et pourtant, vivre ensemble nous invite à choisir la solidarité. Solidarité, ce mot évoque le lien, l’interdépendance, l’égalité, la force, la fraternité. Il y a mille façons d’être solidaire, chacun selon ses moyens, son charisme, selon ses dons, selon le temps disponible.

Par ces temps de Covid-19, où les plus vulnérables sont plus que jamais exposés, Fafadi a choisi d’aller à leur rencontre avec de petits gestes mais un grand cœur. Trois associations caritatives ont reçu la visite de la présidente de Fafadi. Témoignage de la solidarité de notre association avec les plus démunis. Moment de rencontre et d’échange immortalisé en images…

Don remis à l’Association A2C3D le 29 avril 2020
Rencontre 39, rue Anselme (local joli mai) le 17 mai 2020 avec le CASM

10 Mai, Mémoire de Liberté au-delà du Confinement

1/. 1802 : l’Épopée Guadeloupéenne

Paris, 1802. Napoléon Bonaparte organise sa conquête du pouvoir. Mais d’abord, il entend rétablir l’autorité de la France et l’esclavage à Saint-Domingue et en Guadeloupe. C’est le début de « 1802, l’épopée guadeloupéenne ».

Ce que le service public aurait dû faire mais ne fait pas depuis des années, nous pouvons y remédier nous-mêmes : le 10 mais tous sur Youtube pour voir le film de Christian Lara : 1802 l’Épopée Guadeloupéenne…

2/. Mise en Perspective de l’Esclavage

Perspective historique et déconstruction du mécanisme de la marchandisation de l’homme Noir et de la distribution de rôles sociaux à partir des différences naturelles. Une analyse qui met en jeu les rapports entre l’art et l’histoire

Confiner Malin : Culture ex- Canapé

Confinement oblige, les institutions culturelles sont fermées mais la culture reste accessible! Fafadi vous suggère les initiatives digitales originales et gratuites pour continuer d’apprendre, de découvrir, de s’émerveiller, depuis son canapé, avec de l’art, du cinéma, la BD, des jeux mais aussi de l’histoire ou des sciences…   Parcours libre...


NOTRE-DAME DE PARIS   Il y a un an, un incendie ravageait la charpente et la flèche de ce monument emblématique de la capitale et provoquait un terrible émoi en France et à l’étranger. Replongez-vous dans son histoire à travers une sélection de plus de 100 reproductions d’œuvres conservées dans les musées de la Ville de Paris. PAR ICI

COURT-MÉTRAGE
  En attendant de découvrir le court-métrage de Joséphine Jouannais, lauréate 2020 de la 7e édition de la résidence Frontières ogranisée par le Palais de la Porte Dorée en partenariat avec le GREC, profitez de son premier court-métrage qui transporte le spectateur à Palerme pendant les préparatifs des élections législatives du 4 mars 2018. PAR ICI
Egungun | Musée Vodou
ANTHROPOLOGIE
  Philippe Charlier, directeur du département de la Recherche et l’Enseignement du Musée du quai Branly – Jacques Chirac propose « La minute anthropologique » sur la thématique des Egungun : des ancêtres divinisés dans les communautés yoruba (présentes notamment au Nigeria, au Bénin et au Togo).   PAR ICI

EN FAMILLE     Livrets jeux, coloriages, ateliers Paris Musées propose de nombreuses activités pensées pour découvrir en famille et de façon ludique les musées de la Ville de Paris !     PAR ICI

LE COVID-19 EN BD     Pour son 3e numéro, le magazine Robinson présente les nouveaux dessins de VDC, dessinateur anonyme et médecin, nous livrant avec humour son quotidien dans les hôpitaux pendant cette période difficile.   PAR ICI

CONCOURS   Lancé par Citéco, la Cité de l’économie, le 3e Vidéo Challenge souhaite donner la parole aux jeunes sur des questions d’économie ! Les lycéens ont jusqu’au 30 avril pour créer une vidéo ludique et pédagogique sur une thématique économique et tenter de remporter 3000€.   PAR ICI

Culture Made in Confinement : Je Vous Présente Nayanka Bell sur VoxAfrica

La chanteuse ivoirienne Nayanka Bell a conquis l’Afrique en 1981 avec le titre Iwassado. Après des années de silence et un accident en 2009 qui a failli lui coûter la vie, elle est revenue au devant de la scène en fin 2015 avec un nouvel album Sometimes. Africavox l’a rencontrée à Abidjan en avril 2016. Artiste, maman, épouse et entrepreneure, Nayanka Bell, plus belle et plus douce que jamais, a la joie de vivre et un punch que les années n’ont en rien altérés. Elle se raconte, vous amène à la découverte d’une femme pleine d’énergie, de simplicité et de sagesse.

Dans la série de ses sélections « Culture made in confinement », Fafadi a la joie de vous présenter cette rencontre toute en humilité et en émotion…

La Culture Made in Confinement

Les institutions culturelles sont fermées mais la culture reste accessible! En ces temps de confinement, Fafadi vous suggère les initiatives digitales originales et gratuites pour continuer d’apprendre, de découvrir, de s’émerveiller, depuis son canapé, avec de l’art, du patrimoine, des spectacles mais aussi de l’histoire ou des sciences…   
LA VISITE VIRTUELLE   Le musée Bourdelle et son jardin s’offrent dans une visite à 360°. De quoi plonger dans l’univers du sculpteur Antoine Bourdelle et d’en apprendre d’avantage sur son œuvre et sur la technique de la sculpture.   PAR ICI
UN LIEU À LA LOUPE    Le Centre national du costume de scène est le premier musée au monde entièrement consacré au patrimoine matériel de la scène. Expositions virtuelles, costumes numérisés en HD, visite Streetview… grâce à Google Arts & Culture, le visiteur peut découvrir cette institution unique et sa dernière exposition Couturiers de la danse !    PAR ICI
LE COIN DES ENFANTS
  Comment les poissons font pour respirer dans l’eau ? Que mangent-ils ? Comment se reproduisent-ils ? Grâce aux vidéos de l’Aquarium tropical du Palais de la Porte Dorée, il est possible de tout savoir sur le poisson-archer, la rascasse volante ou encore l’Auchenoglanis !   PAR ICI
LECTURE   Chaque vendredi, les Éditions Robinson proposent désormais aux amateurs de bandes dessinées et à tous les curieux de télécharger gratuitement leur nouveau magazine digital.  Le meilleur des titres déjà parus à partager sans modération pour s’évader !   PAR ICI
JEU CONCOURS   Avec « A vos crayons ! », le musée des Tissus lance un concours de coloriage pour les enfants. Il suffit de télécharger le coloriage. Crayons de couleurs, feutres, paillettes et gommettes, tout est permis pour décorer les coloriages inspirés des collections du musée.    PAR ICI

Adieu Dibango, Vive Manu, le Grand !

Ô Grand Dibango !

Baobab de la Musique

Roi du soul-makossa

En ces heures au ciel indigo

Tu nous quittes en silence

Et nous pleurons ton départ

Adieu à ton cœur généreux

Ton sourire soleil

Ton rire tonnerre

Ta voix de velours

Nous manqueront jour et nuit

Mais Ô grand frère Manu

Jour et nuit tu vivras en nous

Sur l’Océan de la musique

Tu seras le phare d’Afrique

Voix de tout un continent

Rayon d’espoir pour des générations

Papa du Groove ! Pharaon du saxo !

Tu resteras à jamais notre héros

Linda Nukunu